Archive pour avril 2009

Recette : comment accélérer notre destruction en 12 astuces ?

Mercredi 29 avril 2009

 

Voila un petit bréviaire qui peut permettre rapidement de mettre un bazar assez conséquent tout autour de la planète. Certaines attitudes demandent un peu d’investissement de départ et ne sont réservées qu’aux personnes ayant des moyens financiers importants, mais la plupart ne font appel qu’à quelques gestes et comportements à répéter souvent, le plus consciencieusement possible.

 

Résultat garanti :

 

> Aller passer le week end de Pâques aux Bahamas, de préférence en Jet privé.

 

> Manger de la viande à tous les repas, du petit déjeuner jusqu’au souper, de préférence du boeuf argentin.

 

> Manger des cerises en décembre, des tomates en janvier, et des bananes, mangues, papayes, noix de coco toute l’année, sans restriction.

 

> Prendre la voiture pour aller chercher le pain, lorsque la boulangerie se trouve à 500 mètres,  qu’il fait un soleil magnifique et que vous avez le temps.

 

> Acheter le plus possible d’eau minérale naturelle, parfumée, pétillante en bouteilles en plastique, de préférence, les plus petites et les plus emballées.

 

> Laisser tourner la voiture quand votre épouse va chercher le pain, et qu’il y a beaucoup de monde dans la file d’attente.

 

> Allumer la télévision dès que vous arriver chez vous, la laisser fonctionner quand vous ne la regardez pas, et laisser la veille allumée tout le temps quand vous éteignez la télé.

 

> Se garer sur les pistes cyclables pour décourager les cyclistes et les inviter à reprendre leur voiture.

 

> Acheter des quads les plus puissants possibles pour vos enfants et les conduire en forêt afin de les initier aux joies de la pollution, du réchauffement et de la domination destructrice sur la nature. (Vous en ferez de vrais hommes).

 

> Prendre vos enfants entre 4 yeux et leur expliquer, par A + B que le réchauffement climatique est de l’intox, que le monde est magnifique pour tous les hommes, et que la sur consommation rendra tout le monde heureux et intelligent, tant que nous irons chez Mac Do, à Auchan, chez Boulanger, et que si jamais il y avait un problème, les hommes politiques fabriqueront des magnifiques engins qui nous emmeneront tous sur une autre planète où la vie sera encore plus belle, où le pétrole sera bon marché et où les lapins seront bleus.

 

> Partir au Soudan en vacances et vous équiper de tous les derniers gadgets vidéos numériques à la mode pour aller prendre les pauvres en photo, le plus près possible, de préférence, sans leur demander s’ils sont d’accord.

 

> Au bureau : Imprimer tous les documents qu’on vous envoie, les photocopier toujours en trois exemplaires pour en faire de triple dossiers (au cas ou vous en perdriez un, ou deux…). Laisser votre bureau allumé lorsque vous le quittez, et ne jamais éteindre votre poste de travail quand vous partez le soir, en week end ou en vacances.

 

 

 

Développement durable : version médiatique ou qui pique ?

Vendredi 10 avril 2009

Il y a quelque chose qui me déroute dans notre monde et qui me pousse à le coucher sur le papier (enfin sur l’écran). C’est cette capacité que nous avons à regarder le mur avancer à très grande vitesse, et à ne pas vouloir nous rendre compte que si on ne change pas de cap, on va le prendre en pleine gueule d’une part, mais encore et surtout, que ça fera forcément mal (sauf à se retrouver juste après, coulant voluptueusement des jours heureux enlacés dans de lacifs bras de mille vierges, folâtrant paresseusement dans du lait d’ânesse, mais là, j’y crois moyen ! )

Version médiatique, vive la nature, les Développement durable : version médiatique ou qui pique ? dans Les questions qu'on se pose oiseaux-98,
le bio et les  lapins-19 dans Les questions qu'on se poseroses:

Je vous la fais soft, la version qui arrange tout le monde, qui nous laisse penser que les prochains 4X4 électriques seront équipés de toits solaires qui conféreront à ces véhicules les mêmes qualités qu’aujourd’hui, que les prochains écrans plasma de chez LG nous permettrons de regarder les prochains jeux olympiques en relief, avec en prime et en option pour pas très cher la possibilité de dialoguer interactivement avec le prochain recordman du monde du 110 mètres haies, juste après sa montée sur le podium, la goutte de sudation courant encore sur son triceps d’acier. Du direct live avec nos super héros quoi !!!
“Encore mieux qu’aujourd’hui”

Cette version soft DD qui va créer de nouveaux avions propulsés à l’huile de pigne de pin pilée qui nous conduirons en Afrique pour faire de supers photos de la misère de ce continent, pour les montrer à nos potes et leur expliquer autour d’un whisky bien glacé, que la pauvreté c’est triste, il est vrai, mais que ces gens là finalement, sont bien plus heureux que nous parce qu’ils ont moins de soucis liés au ménage à faire, aux enfants à emmener à l’école, à la piscine à entretenir, à payer et à fleurir, aux antidépresseurs à ne pas oublier, et blabla et blabla : Presque un truc comme ”pour un peu j’échangerais bien avec eux“.

Ce magnifique DD présenté avec harmonie sur les pubs de grands groupes pétroliers bien connus qui nous prouvent, par de brillantes vidéos représentant de magnifiques petits hommes souriants, presque en apesanteur dans une grande belle ville toute propre, avec en arrière plan un ciel tout bleu, des arbres tout verts, une nature toute naturelle, qu’il reste du pétrole, qu’ils travaillent d’arrache pied sur les énergies nouvelles et qu’on peut leur faire confiance, le tout diffusé sur plusieurs chaînes de télé qui nous rappellent, pour ne pas dire qui nous martèlent, que « la France gagne ».

Pourquoi alors se faire des soucis ! “Ils” s’occupent de tout.
Je vous l’ai faite soft, ainsi, plus la peine de s’affoler, les autres pensent pour nous, je pourrai bientôt brancher mon quad sur la prise électrique de la cuisine et regarder le prime time de la Star’ac en stéréo, dès que la crise sera terminée, comme ils ont dit, normalement à la rentrée 2010, le 15 septembre vers 8h20 ; Ce sera un mercredi ! La version hard est tout autre, et au demeurant beaucoup, beaucoup moins sexy !

Version qui pique : Attention, ça cactus17

Parce qu’elle nous annonce rien de moins que ça chauffe, que ce n’est pas demain la veille que ça s’arrêtera, et qu’il vaudrait mieux, dans certains pays, commencer à concevoir des slips réfrigérants, des maisons sur pilotis de plusieurs mètres et déplacer des villes de plusieurs dizaines de millions d’habitants.

Parce qu’elle nous conduit à prévoir des aides substantielles pour permettre à ceux qui n’ont déjà plus rien à bouffer de se nourrir un petit peu et de tendre vers l’autonomie et l’autosuffisance. Mais surtout parce qu’elle peut aussi nous faire dériver vers des scénarii bien pires, mais peut être pas moins réalistes, des barrages et des miradors* partout autour de l’Afrique et des pays menaçants pour “nos libertés”, desquels on tirera des rafales de plus en plus longues avec des armes de plus en plus puissantes  sur de pauvres gens qui tenteront de venir gratter quelques miettes de pain dans les pays où il en reste encore, parce que bon, je suis pas raciste, mais chez nous, c’est chez nous, et parce que je veux bien partager un petit peu, à  condition qu’au bout du compte, finalement, il m’en reste toujours autant qu’avant.
Nous aurons vite fait, et les médias nous y aideront, à nous habituer à cette horreur, voire à la cautionner, sans même nous en apercevoir. (Lire Chomsky, « la fabrication du consentement »)

* A l’heure ou la magnificence de l’homme lui permet de fabriquer des missiles dont la précision permet d’atteindre le trou du cul d’une mouche après avoir traversé le pacifique sans dévier sa course, je conviens que l’image des miradors et du barbelé est un peu vieillotte, mais il y en a encore qui pensent que la prochaine guerre se fera avec des hommes et des fusils améliorés. Alors comprenez qu’il faut des repères pour tout le monde !

Parce que le réchauffement climatique évoque le réchauffement de l’air, mais aussi l’épuisement des ressources en eau, et donc, de moins en moins d’arrosages d’espaces de cultures vivrières, et donc de plus en plus de famines, de stress hydriques, d’émigrations en masse, de naissances de foyers terroristes liés au désespoir grandissant de futurs fantômes squelettiques et basanés.

Parce qu’aussi la crise économico-financière dans les pays européens ne sera pas forcément enrayée par le renflouage des banques (c’est fou ce qu’on met sur la table aujourd’hui, on doit avoir une grande table) et parce que si le taux de chômage atteint les 30 ou 40 % de la population, il y a peu de chance que la classe sociale qui devra chercher du boulot, de la nourriture et de l’espoir se contente de regarder passer les travailleurs honnêtes avec leurs belles voitures, leurs caddies pleins et leurs commentaires sur les prochains jeux olympiques (dont on parlait dans la version soft) sans bouger le petit doigt, sans bouger quelques vitrines, quelques pavés, et quelques bourgeois ventripotents.

Parce que le DD hard évoque aussi l’épuisement des ressources par la mauvaise gestion de celles ci, et que moins de ressources à partager pour une population croissante est une équation difficile à résoudre, si tant est que l’on souhaite que tout le monde mange a minima à sa faim. Le résultat pourrait donner : autant pour tout le monde sans excès et de façon équitable, ou plus encore pour une minorité et rien pour une majorité qui se tapera dessus jusqu’au dernier (Cf. : L’île de Pâques, Les vikings du Groenland de J.Diamond, les génocides juifs, kurdes, tziganes, rwandais..), car il est clair que nos notions de solidarité et de partage sont bien ancrées dans nos esprits, autant que nos intentions sont bonnes, tant que nos assiettes et nos pharmacies sont pleines, nos maisons chaudes et nos vêtements neufs. Après, ça risque d’être une autre histoire…

Le message est-il clair sur la version hard du DD dont les menaces sont déjà évoquées par des scientifiques, sociologues, contemporains de renom (Diamond, Picq, Reeves, Brown, Lévi-Strauss, Ziegler, Chomsky, Jancovici…) qui, non contents de foutre la trouille à nos enfants, commencent à nous la foutre à nous en disant qu’on ne parle plus d’échéances en décennies, mais en années. Et si ces gens là, qu’on voit rarement sur TF1 à une heure de grande écoute, avaient raison ?! Si ces hommes en savaient plus, ou plutôt et surtout, en disaient plus que notre président qui exhorte à la croissance, à la reprise, alors qu’il faudrait au contraire, semble-t-il, commencer à ralentir, à partager, à économiser, à tisser des liens étroits de solidarité et, dans un premier temps, à se poser des questions sur : comment révolutionner rapidement nos modes de vie tout en restant en paix, et dans un deuxième, à le faire.

Et si ces hommes avaient raison ?